Unités pifométriques

 

Ce sont des unités de mesure malheureusement trop souvent négligées dans nos livres de mathématiques.

Je vous propose donc quelques révisions!

Le texte est certes un peu long, mais vous n’êtes vraiment pas obligés de le lire en une seule fois!!!

Unités de temps 55

Le temps, grand seigneur de la physique, est une grandeur toute subjective, pour ne pas dire relative.

C’est pourquoi il intéresse au premier chef la pifométrie. Mais bien entendu, les unités qu’elle a adoptées n’ont strictement aucun rapport avec le sablier, le cadran solaire, le chronomètre et autre horloge atomique. Le temps passe, c’est certain, mais de quelle manière ? C’est de cela qu’il est important de rendre compte.

Le bout de temps

Unité de temps classique, employée aussi bien pour le passé que pour l’avenir, avec une notion de légère longueur. Les multiples sont le bon bout de temps et le sacré bout de temps.

EXEMPLE 1 : Ca fait un sacré bout de temps que j’aurais dû boucler ce dossier.

EXEMPLE 2 : Il va attendre un bout de temps avant d’avoir sa rallonge.

 L’éternité

 Unité considérée comme synonyme du bout de temps mais qui ne s’applique que si ce dernier a été ou sera vraiment difficilement supporté.

 EXEMPLE : Ca fait une éternité que j’attends une promotion.

 L’instant

 Unité strictement équivalente au bout de temps et à l’éternité, mais qui accorde à l’intervalle mesuré un préjugé de décontraction, d’aisance et de légèreté.

 EXEMPLE : Je me remets au boulot dans un instant, le temps de finir mon verre.

 NOTE : les trois définitions précédentes montrent bien que la pifométrie ne se limite pas à mesurer une grandeur, mais qu’elle en précise aussi la qualité.

 Le laps de temps

 Unité jadis réservée à une élite mais qui tend à se démocratiser. La certitude apaisante qu’elle induit par essence peut être corrigée en lui associant l’adjectif « certain », ce qui, paradoxalement, lui confère une certaine imprécision, voire une imprécision certaine.

 EXEMPLE : Entre la donnée d’un ordre par le gradé et son exécution par le bidasse, il s’écoule un certain laps de temps.

Le bail

Unité s’appliquant toujours au temps passé, avec une connotation de longueur regrettable.

EXEMPLE : Ca fait un bail qu’on n’a pas eu de pot dans le service, dis donc !

La paye

Unité équivalente au bail, qui pourrait faire référence à la durée toujours trop longue qui s’écoule entre deux versements de salaire. S’emploie dans les mêmes conditions.

EXEMPLE : Ca va faire une paye que Machin n’a pas allumé son PC.

La minute

Unité de temps à venir, utilisée pour une mesure a priori. Pour une mesure a posteriori, la minute est qualifiée de « coiffeur ». Malgré ce que laisse supposer une homonymie aussi fâcheuse que fortuite, cette unité n’a aucun rapport avec la soixantième partie de l’heure. Ses sous-multiples sont la petite minute et la seconde, mais ils n’apportent rien sur le plan de la durée.

NOTE : la minute peut s’employer au pluriel, mais cette opération relève plus de la poésie que de l’arithmétique.

 EXEMPLE : « Je vous appelle dans une minute », ou bien « Je vous appelle dans une petite minute », ou bien « Je vous appelle dans trois minutes », ou bien « Je vous appelle dans une seconde » ne constitue qu’une suite de promesses, généralement non tenues, qui n’ont aucune différence temporelle relative entre elles.

L’heure

Unité de temps passé ou à venir, en général difficilement supporté et souvent subjectivement amplifié. Les multiple et sous-multiple, la bonne heure et la petite heure, n’apportent aucune information de durée supplémentaire mais servent à nuancer le degré du désagrément subi.

EXEMPLE 1 : Tu veux bien prendre mes appels ? Je m’absente une petite heure.

EXEMPLE 2 : « Ca fait des heures que je suis sur ce dossier » peut signifier qu’on a passé effectivement des heures à faire autre chose de non nécessairement plus urgent.

NOTE : Le caractère subjectif est encore renforcé lorsque la mesure concerne une quelconque attente. Au-delà d’une certaine exaspération, proche de l’hystérie, l’utilisation de la plombe est recommandée.

EXEMPLE 3 : « Je suis à vous dans une minute » et « Ca fait une plombe que j’attends » peuvent très bien correspondre à une même durée pour le fonctionnaire et l’usager.

Et pour remettre un peu d’ordre dans ces notions toutes subjectives de lenteur ou de rapidité, voici les:

Unités de vitesse 55

La sagesse populaire fournit de nombreux termes pour suggérer la vitesse : « à toute berzingue », « à toute pompe », « plein pot », « à fond les manettes », « à fond la caisse », etc. Certes respectables, ces termes ne sont cependant que des métaphores et il faut se garder de les assimiler à d’authentiques unités. Il n’existe qu’une seule unité de vitesse pifométrique !

… une de ces vitesses

Unique unité de vitesse d’emploi universel.

EXEMPLE 1 : J’ai torché mon rapport à une de ces vitesses !

NOTE : Dans sa grande lucidité, le système pifométrique envisage la vitesse du temps. D’aucuns objecteront bêtement sans réfléchir que T.(T-1) correspond à une grandeur sans dimension. Mais il y a T et T, un temps qui passe et un temps pour tout. Si tout le monde sent bien le temps s’écouler plus ou moins vite, seul le pifométricien a songé à en évaluer la vélocité. De sorte que, bien avant Einstein, la pifométrie a exhibé la relativité du temps. C’est là un de ses titres de gloire, et non le moindre …

EXEMPLE 2 : le week-end est passé à une de ces vitesses!

Puisque, vous ne l’ignorez pas, le temps c’est aussi de l’argent, impossible de faire l’impasse sur les

Unités monétaires 55

Bien que foncièrement désintéressée, la pifométrie ne pouvait ignorer, pour une raison évidente de crédibilité, les grandeurs monétaires, encore que « grandeur » ne soit pas toujours le terme adéquat pour désigner ici la chose mesurée : consulter sa feuille de paye, par exemple. Mais on ne parle jamais de « minceur monétaire », qui serait pourtant plus approprié en l’occurrence.

La pincée

Unité de base qui peut, éventuellement, s’exprimer par le geste consistant à frotter le pouce sur l’index replié. Son multiple est la bonne pincée, qui représente une partie non négligeable d’un budget moyen.

EXEMPLE : Le fisc m’en a encore piqué une bonne pincée.

La poignée

Unité polyvalente pouvant mesurer une somme dérisoire lorsqu’elle s’applique à la menue monnaie, ou une somme substantielle lorsqu’elle s’applique à des coupures. Son sous-multiple est la petite poignée, franchement méprisable. Ses multiples sont la bonne poignée et la sacrée poignée, qui se haussent à l’extrême limite des possibilités d’un budget moyen.

EXEMPLE 1 : Ma prime ? Une poignée de francs !

NOTE : Ladite poignée est environ 6,55957 fois moins volumineuse en euros.

EXEMPLE 2 : Le nouveau portable du chef a coûté une bonne poignée de fric à la boîte.

Le paquet

Unité utilisée pour mesurer des montants hors de portée d’un budget moyen, à tel point que pour le commun des mortels, son usage est restreint aux transactions plus ou moins louches : un paquet d’argent peut être perdu, volé, soutiré, touché, palpé, détourné, dissimulé, encaissé, blanchi, dilapidé, mais rarement honnêtement gagné. Ses multiples, le bon paquet, le gros paquet et le sacré paquet, servent à nuancer le caractère exorbitant et/ou immérité, voire frauduleux, du pactole.

EXEMPLE 1 : Le patron va palper un gros paquet en stock-options.

EXEMPLE 2 : La boîte gaspille un sacré paquet de fric en publicités débiles.

Enfin, pour que votre culture pifométrique soit aussi complète qu’il se peut, prenez tout de même connaissance des

Unités de température 55

Dans le système pifométrique, toutes les unités de température sont historiquement exprimées en termes zoologiques. Homme de bon sens, le pifométricien se garde bien, en effet, d’exposer inconsidérément son propre pifomètre. Ces unités somme toute naturelles ne présentant pas de problème majeur d’utilisation, quelques exemples suffiront au propos :

EXEMPLES : Un froid de loup ou de canard; une fièvre de cheval; une chaleur de lapin, employé surtout dans sa forme adjective : chaud comme un lapin.

Unités diverses 55

Perpette

Unité de temps / espace.

EXEMPLES : Je ne resterai pas dans cette boîte jusqu’à perpette. A chaque mission, ils m’envoient à perpette.

La giclée

Unité de volume. Ses multiples sont la bonne giclée et la vieille giclée, qui fait sans doute référence au bon vieux temps où l’on ne lésinait pas sur la marchandise.

EXEMPLE : Je lui ai mis une bonne giclée dans la mécanique.

La noix

Unité de volume culinaire. Son sous-multiple est la noisette.

EXEMPLE : Ce serait plus agréable avec une noix de beurre.

 Le coup

Unité de force. Son sous-multiple est le petit coup, ses multiples le bon coup (n’y voir aucune allusion flatteuse) et le grand coup.

EXEMPLE : L’armoire n’a pas bougé d’un centimètre. Pousse un grand coup !

Le peu, quoi ou le peu, mince

Unité de travail.

EXEMPLE : Ton rapport n’avance pas. Travaille un peu, mince !

NOTE : le terme « mince » est parfois remplacé par un autre substantif de même initiale datant du cambronnien.

La raclée

Unité d’énergie cinétique. Ses multiples sont la bonne raclée et la sacrée raclée. Au pluriel, l’unité s’exprime en de ces raclées.

EXEMPLE : On a pris une de ces raclées au rugby.

La châtaigne

Unité de quantité d’électricité. Ses multiples son la bonne châtaigne et la sacrée châtaigne.

EXEMPLE : J’ai pris une bonne chàtaigne en essayant ce satané càble.

NOTE : synonyme éventuel : la bourre. A utiliser avec circonspection, l’expression bonne bourre se référant à une activité totalement étrangère au propos de ce document.

La chandelle

Unité d’intensité lumineuse. Cette unité, sans doute mal adaptée aux mesures courantes, s’emploie systématiquement avec un facteur 36 (cas unique d’inadaptation pifométrique).

EXEMPLE : J’ai pris une bonne châtaigne en essayant ce satané câble. J’en ai vu 36 chandelles !

Moins courantes, mais utiles à quelques spécialistes de la mer qui seraient provisoirement égarés sur le blog d’une terrienne:

Unités maritimes 55

Ces quelques pittoresques unités sont exclusivement en usage dans le milieu maritime et n’évoquent probablement rien pour le terrien moyen. Mais ce document ne pouvait s’achever sans un hommage au pionnier de la pifométrie, Jean Blanchard, Capitaine de Vaisseau Honoraire dans la Royale.

  • La trouée : unité de longueur
  • La moque : unité de volume
  • Le corne-cul : unité de vent
  • Le foutro : unité de mauvais temps

Je termine avec, pour celles et ceux qui voudraient continuer à creuser la question afin de parfaire leurs connaissances pifométriques de base, avec l’inévitable

  • Annexe bibliographique 55

  • Jacques Perret : Rôle de plaisance (quelques pages, profondes au demeurant, livrent les fondements de la pifométrie).
  • Jean Blanchard : Le système pifométrique (Marine – vol. 16 n° 1 – janvier-février 1972).

 

3-62