http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTn9zc0Vm-zznmOZtehaY7l2RsUoP8n_jKv6gjQynAMoRB4DIWAU8XeXSUO

Parce que, dans mon jardin, j’observe souvent les insectes, j’ai été très intéressée par la narration que je vais vous rapporter ici.
A votre tour de la lire… vous verrez, c’est fascinant!

Dans African Genesis, Robert Audrey rapporte l’anecdote suivante.
Au Kenya, on lui montra ce qui semblait être une fleur couleur de corail un peu semblable à une jacinthe et composée de nombreux boutons.
A y regarder de plus près, chacun de ces boutons se révéla être en fait l’aile d’un insecte..la PUNAISE FLATIDAE.
Audrey regarda attentivement.
À la pointe de la fleur d’insectes se trouvait un unique bourgeon vert.
En dessous étaient disposés une demi-douzaine de boutons partiellement ouverts présentant seulement des traces de corail.
Plus bas, sur le rameau, se serrait la société des punaises Flatidae au grand complet, toutes pourvues d’ailes de corail pur pour compléter la création de la colonie et tromper le plus affamé des oiseaux.
Audrey était sans voix.
Il n’avait pourtant pas encore vu le plus stupéfiant.
Il secoua la brindille.
La colonie effarouchée quitta la petite branche et l’air se remplit de l’agitation des punaises Flatidae.
Puis elles revinrent sur leur support initial.
Elles ne se posèrent pas dans un ordre particulier et, pendant un instant, la brindille fut animée par les petites créatures qui se montaient les unes sur les autres dans ce qui semblait un mouvement désordonné livré au hasard.
Mais cette agitation ne devait rien au hasard.
Bientôt le calme revint sur la brindille.
Le motif floral était de nouveau apparent.
Mais, le plus surprenant reste encore à venir!
Audrey apprit en effet par la suite que la fleur de corail « imitée » par les punaises Flatidae n’existait pas dans la nature.
D’où leur venait cette capacité à créer ainsi un motif floral suffisamment crédible pour que chacun s’y trompe?
Mais ce n’est pas tout!
Dans chaque groupe d’oeufs déposés par la femelle, étaient incluses au moins une punaise Flatidae avec des ailes vertes, et non corail, et plusieurs avec des ailes de nuances intermédiaires…
Et voici pour finir ce qu’en dit Vahé Vartarian:
« Si cette fleur n’existe pas dans la nature, ce que réalisent ces punaises est tout de même bien une imitation, mais à un niveau plus subtil. Pour inventer cette forme de fleur, elles ont dû, d’une manière ou d’une autre, accéder à des « informations » concernant le sens de la forme fleur en général (bourgeon terminal, boutons ouverts ou fermés, symétries, etc.), ainsi que le sens de la fleur pour les oiseaux (puisqu’il s’agit aussi d’un moyen de se protéger de ces prédateurs). Comme on n’imagine pas que ces informations transitent par les sens physiques, c’est qu’il doit se passer « quelque chose » au-dedans. Les punaises Flatidae auraient-elles rêvé la fleur? »
Idée très poétique, non, que des insectes rêvant une fleur?
Je ne sais pas si tel est le cas mais tout cela me laisse, quant à moi, bien songeuse!

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTn9zc0Vm-zznmOZtehaY7l2RsUoP8n_jKv6gjQynAMoRB4DIWAU8XeXSUO