Cela ne vous aura pas échappé, le printemps s’annonce bien agité, et pas seulement d’un point de vue météorologique, bien sûr!
Et le fait que les ministres restent ou qu’ils s’en aillent n’aura probablement pas une grosse incidence sur la morosité qui règne dans notre beau pays de France.

Beaucoup de gens, hélas, ont tant de difficultés professionnelles à vaincre, tant de problèmes familiaux à résoudre que tout le reste finit littéralement par ne plus les concerner. Ils désertent, ils s’excluent d’un monde qui semble être encore si peu le leur.

Comment les en blâmer et, surtout, comment leur redonner -pour la suite- le goût de participer à la vie d’une démocratie aujourd’hui bien mal en point en France?

Ce matin, dans mon jardin landais, il n’y a plus guère que les oiseaux pour avoir encore le coeur à chanter!

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

4